andre-harley.com

andre-harley.com

INFOS ROUTE, nouveaux « radars tourelles

Mise à jour le 9/08/2019

On les appelle les radars tourelles, des radars nouvelle génération. Plus hauts, plus discrets et surtout plus performants. Ils peuvent contrôler jusqu'à 35 véhicules en même temps sur huit voies de circulation. "C'est vraiment pour engranger des sous", indique une conductrice. "Je pense que c'est bien parce qu'ils sont peut-être plus efficaces et moins vite vandalisés", indique une autre. "C'est une honte, c'est du racket", peste un conducteur.

Téléphone au volant

75 de ces radars sont déjà déployés en France. Perchés à quatre mètres, ils relèveront dans un premier temps les excès de vitesse dans les deux sens. Mais à terme, leur mission de surveillance pourrait être élargie. "Il y aura une évolution possible avec le relevé de nouvelles infractions comme le téléphone au volant, le respect des distances de sécurité, le non-port de la ceinture de sécurité, le franchissement de ligne", indique Marc Yon, de la direction des territoires de la Haute-Vienne.

Trois choses à savoir sur les nouveaux « radars tourelles » bientôt déployés en France

Installé à quatre mètres de hauteur, le Mesta fusion 2 scannera jusqu’à 126 véhicules sur cinq voies, dans les deux sens et sur une portée de plus de 100 mètres.

Il faudra rapidement se familiariser avec leur nom : Mesta fusion 2. Quelque 400 radars de nouvelle génération vont être installés en France cette année, en remplacement notamment des équipements détériorés durant la crise sociale des « gilets jaunes ». Le 1er mars, le ministre de l’intérieur, Christophe Castaner, avait fait savoir que, sur le territoire français, « à peu près 75 % du parc de radars a été soit détruit, soit détérioré, soit attaqué, soit neutralisé ».

  • Quelles sont les caractéristiques de ce « super-radar » ?

Commercialisé par l’entreprise de sécurité numérique française Idemia, ancienne filiale du groupe Safran, le Mesta fusion 2 est un radar multifonctions : il peut contrôler la vitesse de circulation en fonction du type de véhicule, mais aussi le respect des feux rouges ou des distances de sécurité, le franchissement d’une ligne continue, ou encore le fait que le conducteur soit au téléphone ou qu’il ne porte pas sa ceinture de sécurité.

Pour l’heure néanmoins, la Sécurité routière a fait savoir que les radars n’ont été homologués par le Laboratoire national de métrologie et d’essais en septembre 2018 que pour le contrôle de vitesse et pour les feux, y compris aux passages à niveau. Ces deux contrôles pourront, en revanche, être réalisés simultanément – une première en France.

Perché sur un mât de quatre mètres de haut, ce « radar tourelle », fabriqué en France, devrait être moins sujet aux dégradations, selon le ministère de l’intérieur. Sa hauteur lui permet, en outre, de gagner en efficacité : un seul radar, équipé d’une caméra de 36 millions de pixels, peut scanner simultanément jusqu’à 126 véhicules sur cinq voies dans les deux sens de circulation et sur une portée de plus de 100 mètres de chaque côté, selon le site d’informations spécialiséRadars-Auto.

  • Quand et où vont-ils être déployés ?

Une dizaine de ces nouveaux radars ont déjà été déployés en France depuis février 2018 pour une phase d’expérimentation. On peut ainsi en voir sur des voies rapides à Marseille, Bordeaux, ou Thionville. Plusieurs carrefours avec des feux rouges en sont également équipés, notamment à Strasbourg, à Roubaix, ou encore à Mimizan (Landes).

La Guadeloupe a, en outre, été retenue pour être région pilote en la matière, notamment en raison du nombre particulièrement élevé d’accidents mortels sur l’île. Vingt radars Mesta fusion 2 ont été déployés en 2018, et vingt supplémentaires devraient l’être d’ici à la fin de l’année 2019.

Dans l’Hexagone, 400 radars de ce type devraient être installés d’ici à la fin de l’année, pour un montant de 101,7 millions d’euros, selon l’appel d’offres publié le 21 décembre 2016. Une phase d’installation qui devrait se poursuivre en 2020, puisque 1 200 radars du genre devraient être opérationnels au 1er janvier 2024.

Plusieurs préfets ont pris la parole ces derniers mois pour annoncer l’implantation du dispositif sur leur territoire, notamment celui de l’Oise, qui a annoncé l’installation de 90 « radars tourelles » dans son département à partir de 2019, ou encore celui de Haute-Loire, qui prévoit l’installation de 80 radars.

  • Pourquoi tous les « radars tourelles » ne flasheront-ils pas ?

Le dispositif ministériel prévoit un fonctionnement avec des leurres : un seul radar pourra alternativement être déplacé dans cinq cabines différentes, sans que les automobilistes puissent savoir si la tourelle est équipée d’un radar ou non ce jour-là. Les radars sont, en effet, protégés par un film miroir opaque, empêchant de discerner l’intérieur de la cabine. La fréquence de déplacement de la cellule vidéo devrait être identique à celle des radars autonomes installés dans les zones de contrôle leurres, à savoir toutes les trois semaines en moyenne.

Au total, ce sont donc 2 000 tourelles qui seront installées sur le territoire en 2019. Et « un parc de 6 000 cabines leurres est prévu à l’horizon 2020, dans lesquelles 1 200 radars seront régulièrement déplacés », peut-on lire dans le programme 751 du projet de loi de finances.

4265c24 uqs3a5ktwe0 qfhnmzsebn8d

Le radar tourelle pouvant flasher 32 véhicules simultanément sera sur vos routes en 2018

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !